Tech@Work en RDC : « Le Code du numérique accorde des avantages considérables à tous ceux qui veulent se lancer dans le numérique » (Le Ministre Kolongele)

 

Le Ministre du Numérique, Désiré-Cashmir Kolongele Eberande et son collègue de la Formation Professionnelle et Métiers, Antoinette Kipulu Kabenga, sont intervenus, ce jeudi 18 mai 2023, au lancement du programme Tech@Work, qui vise à doter 5000 jeunes congolais des connaissances numériques et entrepreneuriales.

 

Durant ce panel, les échanges ont porté, d’après la cellule de communication du Numérique, sur l’analyse de l’environnement entrepreneurial numérique en RDC où plusieurs problèmes ont été constatés tels que la difficulté des jeunes à accéder aux terminaux suite à la faible qualité des services ou des coûts, jugés, particulièrement élevés.

 

Pendant les échanges, apprend-t-on, les entrepreneurs dans le numérique présents dans la salle ont fait remarquer aux panélistes que les réalités fiscales, à l’importation d’outils et consommables informatiques, sont un frein à l’avènement d’une société numérique en RDC.

 

Dans son intervention, renseigne la même source, le Ministre du numérique Eberande Kolongele a exhorté les entrepreneurs évoluant dans le tech à se former pour être compétitif dans ce secteur.

« Le domaine du numérique exige un savoir-faire qu’il faut transmettre. Ceci n’est pas un acquis mais une compétence à acquérir, grâce à l’apprentissage. Le gouvernement accorde une grande importance à la formation, c’est-à-dire à la construction des capacités avec l’appui des partenaires tant publics que privés. Voilà pourquoi l’activité de ce jour entre dans la droite ligne du programme de transformation numérique du pays », a expliqué le Ministre Eberande.

 

Aussi, il a précisé l’engagement du gouvernement congolais dans le processus de la transformation numérique. Ceci est déjà en cours à travers l’adoption du code du numérique.

« Ce programme a franchi une étape importante avec la mise en place d’une législation (le code du numérique) qui encadre l’activité du numérique dans notre pays. Ce document n’est pas parfait, mais il a le mérite de créer un environnement législatif favorable et incitatif pour le développement harmonieux du secteur du numérique en RDC. La loi laisse des opportunités aux opérateurs tant publics que privés pour investir dans différents piliers du numérique pour accompagner ou améliorer la qualité des services », a-t-il poursuivi tout soulignant que le code du numérique accorde des avantages considérables à tous ceux qui veulent se lancer dans le numérique.

 

De son côté, la représentante de Microsoft, Sylvie Lafarde, a indiqué que la formation de Tech@Work va essentiellement se faire en ligne pendant 10 jours. Les candidats apprendront les bases de la connectivité numérique et suivront des cours d’initiation à des logiciels de collaboration, de présentation et de gestion des données, a-t-elle épinglé.

Il sied de noter que deux autres panélistes ont pris part à ces échanges. Il s’agit du Directeur Général de Silikin Village, M. Raymond Mendy, et la Fondatrice et Directrice Générale de The Job Factory, Mme Patricia Veringa Gieskes. Le Président de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), M. Albert Yuma, a prononcé le mot de clôture.

 

Pendant deux (2) ans, soit jusqu’en 2025, ce projet veut doter les jeunes congolais des compétences numériques pour multiplier leurs chances d’accéder à des emplois décents ou de se lancer dans l’entrepreneuriat dans un secteur aussi porteur que celui numérique. Selon les organisateurs, il vise ceux dont l’âge varie entre 16 à 35 ans, généralement exclus des avantages de la technologie et de ses opportunités.

 

Microsoft, qui finance et accompagne ce projet, revendique déjà 230 millions d’emplois créés en Afrique. A travers ce programme également mis en œuvre au Sénégal, en Ouganda et au Lesotho, 20.000 jeunes africains pourront bénéficier de ce programme.

 

 

 

 

 

Bernard MPOYI | NUMERICO.CD

Total
0
Shares
Previous Post

Lancement Tech@Work en RDC : « Les technologies numériques sont une priorité pour le développement de l’Afrique » (Albert Yuma)

Next Post

Gestion des données des utilisateurs : l’UE inflige une amende record de 1,2 milliard d’euros au groupe Meta

Related Posts